Déclaration Cfdt au comité de groupe du 28 mars 2019

Déclaration Cfdt au comité de groupe du 28 mars 2019

Rédigé le 31/03/2019


Monsieur Le président,

Les représentants et élus de la CFDT souhaitent partager avec vous leur vision sur certains sujets emblématiques de Generali.

GFA Caraïbes  et Prudence Créole

La présentation que nous avons reçue ne traite pas des résultats de GFA Caraïbes et de Prudence Créole en 2018

Dans la suite de nos demandes lors du dernier Comité de Groupe, nous souhaitons donc avoir un focus sur ces 2 entreprises et connaitre votre analyse sur leurs résultats respectifs et votre vision dans le cadre du projet partagé Excellence 2022.

Sur le sujet de la politique sociale, les représentants CFDT ont activement négocié la mise en place d’une prime variable pour nos collègues de GFA caraïbes et l’ont validée. En effet, cette proposition doit s’intégrer dans une vision plus globale de pacte social : des lors que la métropole sert de point de référence pour la mise en place de la Prime Macron dans les DOM COM, la délégation CFDT demande que la prochaine NAO s’appuie aussi sur les résultats obtenus lors de la négociation sur l’UES Generali France.

Signataire de cet accord, nous avons en effet estimé que le signal d’un retour financier vers les collaborateurs, après des années d’engagement et d’efforts, devait être concrétisé dans un accord.

Il doit absolument en être de même pour nos collègues des DOM COM.

Nous serons particulièrement attentifs sur ce sujet.

Enfin, votre venue est annoncée pour 2019. Est-ce toujours d’actualité ? par quel site pensez-vous débuter ?

Sur le RSG

Les représentants CFDT ont conscience que nos collègues du RSG sont à un tournant de la vie de leur réseau.

Impliqués, réactifs et performants, de très gros efforts sont et seront demandés à tous nos collègues, PSB, EI, Inspecteurs Experts, IMP et IMD : remise à plat de leur organisation, reforme complète de leur rémunération, autant de sujets de fond tant pour le réseau que pour Generali.

Attention ! à ce jour beaucoup de sujets restent en suspens et non solutionnés pour le plus grand nombre.

Une des priorités doit être de sécuriser ce nouvel environnement : oui nos collègues sont des commerciaux aguerris et déjà performants mais cela n’est pas contradictoire avec un nécessaire accompagnement dans la durée. Leur rémunération et la condition d’exercice de leur métier doivent être inscrits dans un cadre permettant une pratique quotidienne sereine et propice au développement. Les représentants CFDT,  vigilants, responsables savent et sauront vous alerter.

Sur les Délégations d’Activités

Les représentants CFDT ne peuvent que réaffirmer leur position : celles-ci appauvrissent la diversité de nos métiers , ont un impact déplorable sur le moral des personnes touchées.

Le choix du moins disant social est un choix politique que nous ne cautionnons pas.

La  première vague lancée dans le cadre du plan Excellence 2022 à travers GGS montre les limites du sujet et crée des frustrations, des tensions et de la souffrance.

Non Generali ne vit pas hors sol et attention aux réactions que cela pourraient entrainer.

Des salariés repositionnés contre leur gré, contre l’ avis du manager, sans formation pour certains et parfois mal accueillis, autant d’exemples puissants que la Direction de Generali doit analyser à la lecture des projets Antares et Hermès.

Un retour d’expérience sera bien sûr fait pour ces 2 activités et il faudra impérativement tenir compte des conclusions qu’elles qu’elles soient.

Enfin, la sortie de Generali du BCAC  accompagnée de la gestion transférée chez Almerys ainsi que celle de B2V a Cegedim, n’a résolu aucun des problèmes de gestion des prestations santé. Rien ne semble résolu et certains actes de gestion sont en parfois en régression.

En pleine négociation sur la Prévoyance et la santé, les élus CFDT veilleront à ce que les salariés de Generali ne soient pas pénalisés à court et moyen terme par le choix politique de Generali France.

Le projet Excellence 2022, offensif, doit nous permettre de prendre une place de leader sur notre marché et le marché européen.

Mais cette ambition, pour la CFDT, 1er syndicat de France, doit trouver aussi sa concrétisation, dans la mise en place d’un pacte social, lisible et engageant.

Les représentants CFDT vous demandent, Monsieur le Président, d’ouvrir avec nous, des réflexions pour construire, dans la durée, un environnement social,  et salarial, qui s’appuie sur les premiers éléments négociés en 2018.