La CFDT Generali "mitigée" sur la réorganisation de l'informatique

La CFDT Generali "mitigée" sur la réorganisation de l'informatique

Rédigé le 11/12/2019


Lors de la réunion du CSE DSO du 10 décembre, la CFDT a donné son avis sur la réorganisation de l'informatique proposée par la Direction.

Vous nous demandez ce jour de rendre un avis sur le deuxième volet de la réorganisation commencée au moins d'avril dernier.

Les représentants CFDT sont partagés sur l’analyse du projet que vous présentez. Lors de la première version, nous avons rendu un avis favorable car l'organisation générale proposée nous paraissait logique au vu des enjeux, des difficultés de l'informatique et surtout des outils informatiques. Cette analyse reste prégnante.

Le projet présenté aujourd'hui calme une de nos craintes sur la perte de compétences MOA. Le recrutement de "business analysts" se confirme dans le plan de recrutement en cours.

Néanmoins, une sortie totale du développement des ST avec une réelle inquiétude sur leur véritable déplacement dans les centres de compétence ne paraît pas cohérent avec la volonté du contrôle "bout en bout" des projets. Ce sujet est le pendant du point précédent.

L'annonce de formation "technique" (sans pratique) dans les cursus de chef de projet ne nous paraît pas suffisamment étoffée pour posséder le répondant indispensable face aux centres de compétences, voire face aux prestataires extérieurs à l'Entreprise.

Ceci peut avoir une autre conséquence sur le chiffrage des projets.

Déjà aujourd'hui, les élus CFDT constatent dans certaines directions des engagements de délai par les headoffices extrêmement tendus dans la livraison des projets. Des pertes de connaissance technique viendront encore aggraver cette tendance.

En outre, autre problématique,  il ne faut pas oublier les salariés déjà en place. Le plan de recrutement avance et permet d'internaliser un certain nombre de compétences, et ceci est un facteur positif. Pour autant, les équipes actuelles de la DSIO doivent être totalement concernées et impliquées par les technologies mises en avant. Exemple : les nouveaux outils comme SalesForce, les nouveaux langages de programmation ou encore les plateformes bigdata et autres méthodologies.

Enfin, se pose encore depuis avril dernier, la question de la relation avec GSS .

Le nombre très réduit des chefs de projets production nous paraît antinomique face à leur rôle pourtant fondamental : ils sont le lien entre GSS et les autres directions informatiques.

A la lecture  de ces points très contrastés, négatifs mais également positifs cités plus haut, les représentants CFDT s'abstiendront sur ce projet.

En conclusion, les élus CFDT notent que vous semblez avoir un vrai pouvoir que peu de  directeurs affichent : la possibilité de recruter et d'augmenter vos effectifs. Il s’agit là d’un vrai facteur différentiant ! aujourd'hui 378prestataires œuvrent en régie, et donc sur une charge d'un travail potentiellement récurrente.

Les élus CFDT considèrent qu’il est indispensable  de poursuivre les recrutements  au-delà des 100 postes annoncés, afin de répondre aux différents besoins et aux départs qui ont encore lieu à la DSIO aujourd'hui.