Liberté conditionnelle, jour 26, hommage et transports

Liberté conditionnelle, jour 26, hommage et transports

Rédigé le 16/06/2020


Avant tout, je voulais vous faire part de ma tristesse. Une grande dame de la CFDT nous a quitté hier. Il s'agit de Marie-Pierre Sauret. Sans doute pour de nombreux d'entre vous ce nom est inconnu. Marie-Pierre a été longtemps secrétaire générale du syndicat île de France assurances CFDT (ACTIF). C'est là que je l'ai connue. Elle a travaillé ensuite à la fédération CFDT banques et assurances (FBA). Elle était en retraite depuis peu. Elle était issue de la Matmut. (Vous trouverez en pièce jointe le communiqué de la fédération)
Je garderai le souvenir d'une militante forte, avec du caractère et des convictions. Même si je ne la croisais que très rarement, j'avais pour elle une tendresse particulière. La dernière fois que je l'avais vue, c'était au congrès de ce même syndicat juste avant le confinement où elle me disait comme elle était contente que je rejoigne l'équipe exécutive du syndicat. Je suis si heureux de ce dernier souvenir avec elle. Une maladie foudroyante l'a emportée. Adieu Marie-Pierre.



Aujourd'hui, je suis retourné sur site, à St Denis, et je tenais à y aller en transports : il est temps de recommencer à renouer avec ses habitudes et de se rapprocher d'une vie normale. Pour tout vous dire, les transports me manquent un peu. Si, si, vous pouvez me croire! Non je ne suis pas maso, mais pour moi, les transports sont un moment pendant lequel je trouve le temps de réfléchir, d'écouter de la musique ou des podcasts, de lire, bref un moment d'attente "forcée" où l'esprit peut vagabonder...

Me voilà donc harnaché de mon sac-à-dos et de mon masque pour aller affronter le quotidien des RER A et D. Une ambiance particulière était palpable : croiser toutes les personnes avec des masques nous met tout de suite en situation. Je monte sur le quai. L'affichage indique "5 minutes de retard". Il y a des choses qui ne changent pas, même après trois mois de faible activité! Le train finit par arriver (au bout de 7 minutes!). Ce n'est pas très bondé. Une chance, car la moitié des sièges sont condamnés. Il faudra tout de même m'expliquer la logique : avec la moitié des sièges condamnés, nous sommes plus nombreux à se serrer debout. Peut-être faudrait-il plutôt mettre "sièges à n'utiliser qu'en cas d'affluence!" ? c'est le monde à l'envers...

Au bout de 2 arrêts, j'arrive à m'assoir. Mon esprit peut enfin se mettre à vagabonder, et mes yeux à errer sur les autres passagers, tous ces gens dont on ne voit que les yeux puisque le reste du visage est couvert par un masque. Paradoxalement, le visage n'en est que plus expressif. Le masque tout d'abord, il y en a de tous les coloris, de toutes les formes, avec des dessins, des photos ou images. Tout ceci n'est-il pas aussi une manière d'exprimer ce que l'on est ? "mets ton masque et je te dirai qui tu es!".
Ensuite, il y a les yeux. C'est fou comme un regard s'exprime quand le reste du visage est caché, en tout cas on s'en rend davantage compte. C'est passionnant de regarder autour de soi ces regards. Ce matin, j'ai pu voir la fatigue, l'anxiété, l'indifférence, la surprise, l'inquiétude. Le mien devait exprimer la curiosité !

Changement à Chatelet. C'est fou comme les automatismes reviennent vite. Je descends sur le quai du RER D, qui était à l'heure (si si!). Et en route pour Stade de France-Saint Denis. Le train était presque vide (pourtant j'étais en heure de pointe) ce qui n'a pas empêché une femme de déposer un petit mot sur le siège en face du mien pour demander une petite pièce ou un ticket restaurant. "Décidemment, les choses n'ont pas changé" ai-je pensé à ce moment-là. La pauvreté reste très présente sur cette ligne de RER. Après 3 mois "à côté" du monde (car je ne peux pas dire que j'étais coupé du monde) on a l'impression que tout a changé, que tout sera différent. Mais en fait, non, rien n'a changé, à part peut-être soi-même... un peu...

Enfin c'est l'arrivée à Saint Denis qui fait renaître ce sentiment d'habitude, de lieu connu, presque rassurant. Au boulot maintenant!

Portez-vous bien !


Communiqué CFDT Banques et Assurances_Décès de Marie-Pierre Sauret.pdf Communiqué CFDT Banques et Assurances_Décès de Marie-Pierre Sauret