Liberté conditionnelle, jour 32, l'été approche, ça se calme, mais l'Entreprise tourne...

Liberté conditionnelle, jour 32, l'été approche, ça se calme, mais l'Entreprise tourne...

Rédigé le 24/06/2020


Photo de Biarritz après la tempète par Thérèse

Ca sent enfin l'accalmie.

Le ressentez-vous dans vos services ?

En tout cas, du côté de la représentation du personnel, la frénésie des réunions (Skype/teams) se calme (enfin!). Oh ça ne veut pas dire qu'il n'y a rien à faire, bien au contraire, mais il va maintenant être possible de travailler sur les dossiers avec un peu plus de temps et davantage de sérénité.

L'été approche. Le mois de juillet est presque là, les vacances tant attendues se profilent. Bon, pour ce qui me concernent, elles ne seront qu'au mois d'août, mais déjà l'état d'esprit « coupure de l'été » se fait sentir. Paradoxalement, ça se combine avec le fait que les enfants peuvent retourner à l'école à plein temps ! On vit vraiment une époque particulière !!

Conseil d'Administration de Generali France

Malgré cette accalmie, j'ai participé hier à une réunion du Conseil d'administration de Generali en tant que représentant du personnel. Cette réunion n'a pas été longue même si les sujets ont été très techniques du fait de la nécessaire adaptation des différents rapports comme l'évaluation propre des risques et de la solvabilité (ORSA) ou encore le modèle interne pour le calcul de cette solvabilité face à la crise.

Je vous rappelle que tous ces outils sont nécessaires dans les Entreprises d'assurance. Ils sont suivis de près par l'ACPR, l'organisme régulateur national. Attention, à ce niveau-là, ça ne rigole pas car ça peut coûter très cher aussi bien en sanctions financières si les choses ne sont pas faites dans les règles mais aussi en capital « bloqué » si les calculs ne sont pas faits "au plus juste" dans les modèles internes !

Les impacts du Covid, selon cette présentation au CA (je vous mets presque intégralement la page de présentation qui me paraît très intéressante pour comprendre les enjeux) :

  • La crise du COVID-19 n’a pas changé la stratégie d’investissement de Generali France mais a, au contraire, mis en exergue son bienfondé et souligné l’importance de la poursuivre
  • Du point de vue des activités de souscription :
    • Au sein de l’activité Epargne, on observe un ralentissement non-négligeable du chiffre d’affaires mais qui dans le contexte est couplé à une meilleure qualité de la collecte, à travers un plus fort taux d’UC.
    • La Retraite est marquée par le quasi-arrêt des souscription, la mise en réduction de certains contrats, ainsi que diminution temporaire des cotisations.
    • Pour ce qui est de la Prévoyance & Santé, bien que l’impact négatif attendue devrait être exceptionnellement compensé par l’effet positif du confinement sur la sinistralité on s’attend aussi à des baisses de cotisations compte tenu de la hausse du chômage qui perdurera.
    • L’impact sur le résultat technique de l’activité Non-vie devrait être positif de par l’effet positif du confinement sur l’activité Auto. Néanmoins, des incertitudes existent quant aux impacts du déconfinement (niveau de sinistralité tant en fréquence qu’en coût moyen).
  • Dans le cadre de l’activité opérationnelle, les mesures prises sur les processus métiers, les systèmes informatiques, et la protection du personnel (PCA) ont permis de limiter respectivement le risque  d’externalisation, de dysfonctionnement des infrastructures IT, et de continuité d’activité. Néanmoins, l’exercice de collecte des pertes a permis d’identifier un impact financier de l’ordre de 3,6M€ (dont 68% porté par Generali Vie, 26% par Generali IARD, le reste étant porté par les autres entités du sous-groupe : 4% par l’Equité, 2% par GFA Caraïbes, et 0,4% par Prudence Créole).

Dans le cadre du contexte exceptionnel du COVID-19, la stratégie de l’Entreprise s’est tournée au tour des axes suivants :

  • assurer la continuité d’activité et mettre en place des mesures visant à préserver la santé et la sécurité des collaborateurs,
  • maintenir la résilience de la stratégie d’investissements et poursuivre celle-ci par des actions concrètes en situation de crise,
  • maintenir la stratégie de souscription de l’Entreprise, en accélérant le processus de digitalisation et de modernisation de l’offre de produits, ainsi que l’amélioration du ciblage de la communication vis-à-vis des clients,
  • optimiser, la stratégie de réassurance de sorte à ne conserver à la charge qu’une rétention compatible avec le cadre d’appétence aux risques.

Je vous épargne tous les chiffres, dont je ne serais même pas sûr de faire un bon usage. Mais ce qu'il faut retenir, c'est que l'impact de la crise sanitaire et de la future (et actuelle) crise économique sera forte, mais il faut bien le dire, on s'en doutait un peu !

Jean-Laurent Granier quant à lui, pendant ce CA a refait un historique des mesures Covid au sein de l'Entreprise et des mesures de déconfinement. Je vous épargne le détail car il n'y a rien de nouveau par rapport à ce qui nous a été dit dans les différentes instances (CSE, CSEC). Il a tout de même indiqué que la reprise commerciale était là : depuis le 11 mai pour les réseaux salariés (et même avec de bons chiffres) mais également depuis une dizaine de jours sur les réseaux agences et courtage. Jean-Laurent Granier a exprimé de l'inquiétude sur le recouvrement des cotisations de la période de confinement et même ultérieure pour les professionnels et PME alors que les sinistres continuaient d’être couverts. Avec les problèmes de trésorerie, voire de faillites futures des petites structures, le recouvrement de ces primes risque d'être compliqué voire impossible.

Tous ces éléments peuvent paraître difficiles à appréhender mais c'est aussi notre rôle de représentants du personnel de vous relayer toutes ces informations, afin de mieux comprendre les enjeux et le fonctionnement de l'Entreprise. Petit sondage, qui m'a lu jusqu'au bout ;) ?

Portez-vous bien !