Confinement #2, jour 18, Au revoir Jean-Luc

Confinement #2, jour 18, Au revoir Jean-Luc

Rédigé le 25/11/2020


Aujourd'hui l'équipe CFDT Generali est en deuil et avec elle toute la CFDT de l'assurance et de l'île de France. Notre camarade (et ami pour beaucoup d'entre nous) Jean-Luc Boudard est décédé hier à l'âge de 79 ans.

Sans doute certains d'entre ne le connaissaient pas puisqu'il avait quitté "officiellement" les effectifs de Generali depuis le début des années 2000 en partant à la retraite. Mais depuis toutes ces années jusqu'à très récemment, il continuait à jouer le rôle de guide syndical pour l'équipe. Jusqu'en 2017 il participait régulièrement à nos conseils syndicaux où il rappelait régulièrement les fondamentaux du syndicalisme.

Les fondamentaux du syndicalisme, il les connaissait bien car il fait partie de ceux qui se sont battus pour les droits des syndicalistes en entreprise. Il était adhérent à la CFDT depuis 1966 dès l'instant où il est rentré dans le monde du travail. Il est passé par tous les postes et toutes les fonctions pour la défense de ses collègues.

Notamment, il sera pendant 8 ans à la tête du syndicat île de France Assurance tout en continuant d'être délégué syndical central à Generali de 1973 à 2004.

Un sujet lui tenait à cœur : la formation professionnelle. Il savait et le répétait à l'envie qu'il était très important que les salariés continuent à se former tout au long de leur vie professionnelle. Quand il a quitté Generali, il était responsable de formation. Depuis 1986, et même après son départ en retraite, il était commissaire au FONGECIF, cet organisme paritaire qui attribuait des prises en charge pour les demandeurs de formation. Il y est resté jusqu'à l'âge limite. Il devient également, en 2004, le premier syndicaliste président de l’école nationale d’assurance.

Pour ceux d'entre nous qui avaient rencontré sa famille, elle était toute à son image : dynamique, engagée, battante. Quand il a quitté le Fongecif, il s'est impliqué en politique dans sa ville. Militantisme quand tu nous tiens!

Malgré les combats difficiles et dynamiques (ou grâce à eux) qu'il avait menés en entreprise, il était reconnu et respecté par les dirigeants auxquels il avait mené la vie dure. Antoine Bernheim, ancien président de Generali SPA, était un de ceux-là au point qu'il avait demandé pour lui la légion d'honneur en 2004. Jean-Luc déjeunait régulièrement avec d'ancien DRH de Generali ce qui lui permettait de garder des relations et continuer à avoir un pied dans la vie sociale. Il était aussi appelé par certain le gentleman du syndicalisme.

Personnellement, j'avais déjeuné avec lui en 2019. Il avait continué à m'encourager dans mes différents engagements. Il restera pour moi un modèle comme le sont également François Zeugin, Yves-Marie Rouillé, Denis Amico, Claude Nouy : que des gens qui tout au long de leur militantisme syndical ont toujours mis leurs valeurs au cœur de leur action sans perdre de vue ceux qui en avaient le plus besoin.

Merci Jean-Luc.

PS : en pièce jointe un article de 2016 du journal CFDT d’Ile de France sur Jean-Luc.


portrait_jean-luc_boudard.pdf portrait_jean-luc_boudard