Confinement #2, jour 29, retour vers le racisme…

Confinement #2, jour 29, retour vers le racisme…

Rédigé le 10/12/2020


Le racisme revient sur le devant de l'actualité avec l'épisode malheureux du match de football entre le PSG et le club turc de Basaksehir. On ne saura pas si le terme utilisé par l'arbitre roumain était vraiment insultant ou non (je ne parle pas couramment le roumain!) mais il me parait clair qu'interpeler une personne par sa couleur, même si ce n'est pas forcément raciste (même si la question se pose), est un procédé peu respectueux de la personne.
 
Le sujet est aussi revenu dans l'actualité suite aux dérapages de quelques membres des forces de l'ordre. Le but ici n'est pas de parler des violences policières mais plutôt du "racisme ordinaire" qui reste encore trop fréquent au même titre que le "sexisme ordinaire". Je parle des réflexions qu'on peut parfois entendre et qui font même parti du vocabulaire commun issu d'un passé beaucoup moins sensibilisé sur ces sujets.
 
Il y a eu beaucoup d'évolutions sur ces thèmes, on est devenu beaucoup moins tolérant sur ces expressions racistes ou sexiste qu'il y a même 10 ou 20 ans. Je me faisais la réflexion avant hier en regardant pour la énième fois le film "retour vers le futur" (film culte s'il en est !). Sur ce thème, le film est intéressant à double niveau : il nous montre (ou rappelle pour quelques-uns d'entre nous) ce qu'était la société de 1985 (whaou 35 ans déjà !) mais aussi celle de 1955 puisque c'est le voyage que fait Marty McFly. Même s'il s'agit de la société américaine de 1955, il est probable que les mentalités sur le sujet n'étaient pas très éloignées chez nous. J'ai en tête une scène du film où le groupe de musiciens se fait interpeler avec des termes clairement racistes. La toute première fois que j'ai vu le film (j'étais bien jeune), ces termes ne m'avaient pas choqués. Aujourd'hui, c'est bien différent, sans doute car il y a une prise de conscience générale.
 
En entreprise, c'est la même chose. Quand j'entendais, il n'y a pas si longtemps, nos anciens, que je ne peux pas décemment catégoriser comme "racistes", parler des collègues de couleur c'était parfois dans des termes très limites sans que ça ne choque personne. Aujourd'hui, ces termes ne seraient pas du tout tolérés, et même sanctionnés !
 
Les mentalités ont donc beaucoup évolué aussi bien sur cette thématique que sur le sexisme, et c'est très bien mais il reste encore beaucoup à faire pour convaincre certains gaulois réfractaires.
 
Portez-vous bien, et surtout, portez un masque !
 
PS : Vous avez vu comment j'arrive à parler d'un de mes films préférés et d'un sujet important de société en même temps !